Dvorak, Symphonie 5, Concerto pour violoncelle - Maximilian Hornung

Dvorak c'est le folklore tchèque. Dès les premières note de n'importe quelle de ses oeuvres on sait à qui on à affaire. Il a une empreinte bien à lui, autant dans l'harmonie, l'orchestration que les mélodies.

Cette symphonie no.5, bien moins connue que la 9e, n'en est pas moins intéressente. Dès les premières notes Dvorak capte notre attention par ses rythmes inatendus, ses couleurs orchestrales fraiches parlant d'un pays lointain. C'est plein de passion, d'originalité. Je ne me suis pas ennuyé un seul moment dans cette symphonie, tout y est réussi.

Au départ je voulais aller à ce concert pour entendre le concerto pour violoncelle de Dvorak ,que j'adore, qui est d'un génial absolu, que j'ai moi-même accompagné au piano quelques-fois et que je me réjouissait d'entendre joué par Truls Mork que je n'ai jamais entendu en concert. J'ai été surpris de voir la veille que ce n'était plus Truls Mork mais Maximilian Hornung qui jouait.

Ce jeune violoncelliste, qui m'était totalement inconnu, m'a completement surpris par son jeu vif, juste, énergique et très inventif. Je crois que l'on à rien perdu au change, découvrir un talent pareil ça fait toujours plaisir. Le concerto est vraiment poignant, j'ai eu plus d'une fois les larmes aux yeux, certains thèmes sont tellement beaux que j'aurais pu mourir heureux après les avoir entendu.

Aucun commentaire: