Faust de Gounod, novembre 2013 à Zürich

Le Faust de Goethe est la pièce que j'ai le plus lu dans ma vie et, avec La Divine Comédie de Dante, l'un de mes deux chef-d'oeuvres littéraire préféré. Ayant également souvent lu Tintin dans ma jeunesse j'ai pris connaîssance de l'existence de l'air des bijoux, chanté par la Castafiore, bien avant de l'avoir entendu dans le Faust de Gounod.

Il y a quelques années j'ai entendu ce Faust de Gounod à Bordeaux dans une production sympatique et une belle mise en scène. J'étais donc très curieux de le découvrir ici à Zürich ou j'avais été très impressionné par les chanteurs dans Rigoletto de Verdi il y a quelques semaines.

Première chose qui frappe c'est qu'il s'agit bien ici d'un opéra français et de ce fait très loin des opéras italiens de Bellini, Verdi, Puccini, etc, un univers de sons et une conception très différente. Comme-quoi la culture et la langue marquent très fort l'art.

Ce qui était agréable aussi c'est que je pouvais suivre l'opéra sans lire les sous-titres, il était possible de comprendre presque tout ce que les chanteurs disaient, particulièrement Eliot Madore qui chantait merveilleusement le rôle de Valentin et possède de plus une merveilleuse et puissante voix.

Les chanteurs étaient d'ailleurs tous très bons. J'ai été bluffé par la puissance de Amanda Majeski qui chantait Marguerite, également une très belle voix. Kyle Ketelsen qui chantait Méphistophélès est un acteur avisé en plus de posséder une voix impressionnante. Faust, chanté par Pavel Breslik était subtil et charmant. Bref, à nouveau une magnifique palette de chanteurs et une mise en scène superbe aussi cette fois-ci! Bien réfléchie, parfois très impressionnante, des immages fortes et marquantes, Jan Philipp Gloger est à mon sens un metteur en scène intelligent qui sait créer des tableaux très expressifs.

Aucun commentaire: