Première du Fidelio de Beethoven à Zürich

Hier soir, 8 décembre 2013, j'ai été voir pour la première fois le Fidelio de Beethoven à l'Opréra de Zürich. Toujours pas fan des mises en scènes modernes j'ai quand même été très heureux d'entendre ce chef d'oeuvre par des voix merveilleuses. J'ai même pensé que finalement je préférais peu-être ce type d'opréra aux italiens...

Beethoven n'était clairement pas un compositeur d'opéras comme l'était Mozart par exemple: il a quand même mis près de 12 ans avant d'arriver à un résultat satisfaisant et le succès après sa première représentation à Vienne, a composé trois ouvertures Leonore (qui était le premier titre de l'opéra), a rencontré deux échecs lors des premières de ses premières versions de l'opéra, et s'est presque à chaque fois brouillé avec les directeurs d'opéras criant qu'il ne composait pas pour la masse mais pour les gens cultivés en leur retirant sa partition.

Malgré que Beethoven avoue lui-même pouvoir s'exprimer pleinement à travers l'orchestre symphonique, son Fidelio lui tient quand même très à coeur du fait des nombreux soucis qu'il lui ait causé et de la peine avec laquelle il en est venu à bout. Le résultat est un chef d'oeuvre incontestable. J'ai retrouvé beaucoup de Mozart dans l'oeuvre, certains accords ou athmosphères, mais également clairement l'empreinte du génie de Beethoven.

Les chanteurs m'ont aussi énormément plu: Florestan chanté par Brandon Jonanovich, Leonore ou Fidelio par Anja Kampe, Rocco par Christof Fischesser. Celle qui m'a le plus touché et plu globalement était la jeune Julie Fuchs qui chantait et jouait merveilleusement, avec une énergie admirable et une séduisante fraîcheur, le rôle de Marzelline.

Aucun commentaire: