Mahler 9 par Bernard Haitink à Zürich

Après les 1e et 4e symphonies que j'ai entendu en octobre 2013 au Tonhalle de Züich j'attendais avec impatience la dernière de cette saison sous la direction de Bernard Haitink ce jeudi 16 janvier 2014, soit la 9e et dernière symphonie que Mahler ait achevé. Il n'a malheureusement pas eu la chance de l'entendre lui-même en concert.

D'après ce que raconte Leonard Bernstein, qui pour moi incarne Mahler et dirige ses symphonies avec une compréhension et une énergie unique, Mahler aurait écrit cette 9e symphonie comme un testament. Bien que tentant de dire adieu au monde depuis sa première il le fait encore plus clairement avec la 9e.

Mahler avait conscience que ce serait sa dernière symphonie, ayant pour prédésesseurs Beethoven et Schubert n'ayant pas vécu assez longtemps que pour en écrire une dixième. Mahler à bien pu commencer sa dixième mais est mort avant d'avoir pu l'achever. Il avait également conscience que sa 9e symphonie était la dernière dans l'histoire dans cette tradition viennoise tout comme lui serait le dernière compositeur de cette même tradition et peut-être même de musique symphonique classique.

Tout cela donne évidemment un sens bien plus fort a cette oeuvre gigantesque d'une heure vingt. Bernard Haitink est très différent de Bernstein et c'est tant mieux car cela nous à donné une autre vision de Mahler tout aussi convainquante. Encore une fois on est tiré entre toutes les extrèmes émotionelles avec violence et enchanté par les passage empreint de douceur et de beauté.

Le public a observé tout au long de la symphonie un silence religieux jusqu'au dernières notes presque imperceptibles. Après un long silence, le temps de se remettre des toutes ces émotions le public a chaudement applaudi et s'est levé pour saluer la performance du grand Bernard Haitink et de l'orchestre du Tonhalle de Zürich.

Aucun commentaire: