Rach 3 - Yuja Wang - Zurich

Après le 2e concerto de Prokofiev, Yuja Wang nous joue au Tonhalle de Zürich l'autre monstre du répertoire des concertos, le 3e de Rachmaninov. Pour terminer la saison on aura le troisième monstre du répertoire, le 1e de Tchaikovsky. Belle palette pour une saison.

Ce concerto connu aussi sous le nom de Rach 3 est une légende pour les pianistes, il fait 40 minutes, le piano à une partie terriblement difficile et ne s'arrête presque jamais. Rachmaninov écrit ce concerto pour sa tournée au USA voulant montrer de quoi il est capable et triompher en tant que pianiste virtuose.

Vladimir Horowitz s'est ensuite fait le champion de cette oeuvre monumentale recevant même l'immense compliment de la part du compositeur qui lui dit qu'il le joue mieux que lui même et que ce concerto est désormais le sien.

Notre artiste en résidence du Tonhalle de Zürich, Yuja Wang, pousse la performance encore plus loin: elle innove tant dans la précision qu'avec de nouveaux éclairages thématiques ou changements de tempi et d'atmosphères très subtiles en parfaite collaboration avec, à la baguette, Lionel Bringhier, notre nouveau chef permanant de l'Orchestre du Tonhalle de Zürich.

Il y a eu des moments de pure folie et d'intensité, les cadances construites en creschendo allant du calme le plus absolu au déchainements de sons et d'accords les plus incroyables. J'étais captivé d'un bout à l'autre du concerto et émerveillé de découvrir que l'on peut toujours proposer une nouvelle lecture d'une oeuvre presque surjouée.