Romeo und Julia, Schakespeare-Prokofjew-Spuck

Romeo (William Moore) und Julia (Katja Wünsche)
Rien que le début à l'orchestre annonce déjà toute la puissance du ballet de 2h30 qui va suivre. Prokofjew construit un accord de plus en plus tendu, dissonant et fort, avec les cuivres, se résolvant qu'à moitié par la suite. Tout le ballet ne sera ensuite qu'alternance de moments au moins aussi puissants et de passages plus tendres.

C'est une des expériences musicales les plus marquantes que j'ai vécue et de loin le meilleur ballet que j'ai vu, les deux s'étant sans doute renforcés. Etant déjà un fan de l'art de notre directeur de ballet à Zürich, Christian Spuck, et chorégraphe de ce Romeo und Julia, je le reste tout autant voir plus. Je suis toujours étonné, et l'ai été encore plus cette fois-ci, quand je réalise que pendant 2h30 il n'y a que de la musique et des gens qui bougent sur cette musique et que cela suffit pour que l'on comprenne parfaitement toute une histoire complexe avec toutes les émotions qu'elle véhicule.

La musique de Prokofjew est aussi des plus géniale. Toutes les scènes de duels ou de conflits entre les deux familles ou entre deux hommes sont parfaitement amplifiées par les sons des cuivres sur des rythmes grandioses, j'en avais la chair de poule toutes les cincq minutes.

Et puis bien sûr les génies de Spuck et de Prokofjew n'étaient qu'au service du plus grand qui n'est personne d'autre que William Schakespeare dont on fêtait les 400 ans une semaine plus tôt. Les thèmes qui sont abordés et qui nous concernent tous sont immortels et personne d'autre que Schakespeare n'aurait pu mieux nous le faire sentir.

Je suis toujours très reconnaissant d'avoir la possibilité de jouir et profiter du fruit du travail de tant de talents réunis en commencant par les trois grands génies dont je viens de parler mais aussi et surtout les danseurs du Ballet qui sont exceptionels et l'orchestre qui n'a pas moins de mérite et puis il y a toute la machinerie derrière tout ça pour le décor, les costumes et tout le reste. C'est incroyable tout ce qu'il y derrière un ballet de 2h30! Miracle de notre civilisation moderne à la pointe de la perfection dans bien des domaines et en dessous de tous dans d'autres.

Je conseille aussi d'écouter la suite pour orchestre de 25 minutes que Prokofjew à fait réunissant l'essentiel de la musique qu'il a écrit pour le ballet.