Quatrieme fois que je vois La Boheme a Zurich

Voici une expérience intéressante que je conseille à tout le monde pour apprécier l'Opéra encore plus que vous ne le faites déjà. Au plus on voit ou écoute un opéra, au plus on l'aimera, c'est une règle générale pour la musique mais surtout pour l'opéra, qui est très complexe, long et spécifique.

Ma première Bohème de Puccini à Zürich était avec Nello Santi comme chef en 2014, magnifique!

La deuxième, en 2015, était la même production que cette fois-ci, avec Guancun Yu dans le rôle de Mimi et Michael Fabiano dans le rôle de Rodolfo, très bien aussi.

La troisième, 2017, toujours la même production, mais avec Benjamin Bernheim dans le rôle de Rodolfo qui m'avait particulièrement séduit.

Cette fois-ci, octobre 2018, la quatrième, avec Guancun Yu de nouveau, toujours aussi exceptionnelle, mais Bernheim ayant un problème de voix était bien sur scène mais doublé par l'incroyable David Junghoon Kim qui devait sans doute faire cette soirée au pied levé car il était sur le côté avec la partition.

Quelle voix et quelle puissance incroyable que celle de David Junghoon Kim, une révélation pour moi et un vrai tour de force de remplacer une voix comme ça sur le côté sans participer à l'action et probablement avec très peu de temps de préparation. La combinaison des deux chanteurs asiatiques était encore plus impressionnante! C'était une de ces représentations bénies ou l'on a les larmes aux yeux et la chaire de poule du début à la fin de l'opéra.

Encore une fois je voudrais insister sur le fait que, même si c'est possible lors d'une première écoute, cela est difficile de ressentir de telles émotions sans connaître l'Opéra quasi par cœur. J'ai joué cet opéra d'un bout à l'autre pour moi de nombreuses fois, l'ai écouté dans différentes versions encore plus de fois et vu en dvd ou sur youtube ainsi que d'innombrables fragments. Tout cela me donne une connaissance profonde de cette oeuvre, à la base parfaite et géniale, et de ce fait une des plus grandes satisfaction émotionnelle, physique et intellectuelle que l'on puisse imaginer à chaque fois que je l'écoutes!

L'art se cultive, demande du temps, du travail, de la curiosité, de l'engagement et plein d'autres choses, et les récompenses sont immenses, indescriptibles, uniques, divines!

Aucun commentaire: